Elections FFE: Le haut-niveau jeunes au coeur du débat

Comme chaque semaine, WhyChess fait le point sur les élections fédérales. Au menu cette fois, le haut-niveau jeunes qui a suscité pas mal de réactions de part et d'autres. 

Tout d'abord, le camp Salazar a publié un premier article qui faisait notamment référence aux résultats de l' Equipe de France Jeunes qui selon lui sont en chute libre. Les sélections internationales ainsi que les bourses fédérales octroyées aux meilleurs espoirs ont également été abordées. Le mode de sélection est, toujours selon l'article, assez opaque et demanderait plus de clarté. Enfin, la faible représentation de nos jeunes au niveau international est reprochée à l'équipe actuelle. 

Peu de temps après, un deuxième article sortait sur le site de campagne de Diego Salazar qui lui, évoquait un projet pour le moins ambitieux, intitulé "PEI" (Préparation à l'Excellence Internationale). Une des idées majeures de ce projet est notamment la création à long terme (8ans) d' une "Ecole Française d'Echecs" . Beaucoup d'idées sont alors énoncées comme par exemple la création d'un Pôle Jeunes de Haut-Niveau, d'un Pôle Espoir, d'un Pôle de Formation des Entraineurs ou encore d'organiser pas moins de 8 stages d'entrainement par an destinés à toutes nos petites graines de champions. La seule interrogation est non des moindres reste le financement de ce projet particulièrement ambitieux (irréaliste?) et qui n'est pas vraiment évoqué. 

En réponse à ses deux articles, le camp Battesti a publié la lettre ouverte de Jean-Baptiste Mullon qui rappelons le, est le chef de délégation de l'Equipe de France jeunes. Par cette lettre, M. Mullon a souhaité apporter quelques rectifications à ce qui avait été dit quelques jours plus tôt sur le site de M. Salazar. En s'appuyant sur des chiffres très précis et irréfutables, le chef de délégation dresse un tableau beaucoup moins alarmant que celui dépeint par le camp adverse quant aux derniers résultats de l'Equipe de France jeunes. En toute objectivité, M. Mullon admet qu'il y a bien évidemment des domaines à améliorer dans la politique jeunes mais selon lui, cela passera notamment  par un renforcement de l'influence de la Commission Jeunes et non pas en "recensant méthodiquement les moindres doléances exprimées par des mécontents (à tort ou à raison) et les mettre bout à bout et nommer cela politique jeunes". 

Selon lui, la fameuse "PEI" n'est en revanche qu'un mélange d'objectifs qui ont d'ores et déjà été atteints et d'autres dont on peut se demander comment ils vont être financés. En résumé, ce projet apparait aux yeux de Jean-Baptiste Mullon comme tout simplement irréalisable en l'état actuel du budget alloué au haut-niveau jeunes.  Enfin, dernière chose que l'on apprend: une proposition visant à autoriser les places 2 à 5 des catégories poussin(e)s et pupille(tte)s du championnat de France à participer au Championnat d'Europe a d'ores et déjà été acceptée par Léo Battesti. Les frais resteraient à la charge des familles mais la FFE mettrait gracieusement à disposition un entraineur fédéral lors de la compétition.   

 

Voilà donc ce qui concerne les propositions et les idées des deux camps concernant le haut-niveau jeunes. Nul doute que le projet de l'équipe Salazar est extrêmement ambitieux mais beaucoup de zones d'ombre subsistent notamment celle du financement comme l'a souligné le camp adverse par l'intermédiaire de Jean-Baptiste Mullon. A vous de vous faire une idée et rendez-vous très bientôt pour de nouvelles aventures fédérales!