Boris Gelfand: Avec les yeux qui brillent (2ème partie)

 

Boris Gelfand:

Avec les yeux qui brillent

(2ème partie)

 

Texte: Vlad Tkachiev
Photo: Irina Stepaniuk

CONTOURS DU FUTUR

Comment as-tu réussi à garder un tel niveau de motivation après tant d'années? Et cela malgré les bons et mauvais moments de ta carrière dont nous avons parlé.

- Mmmm... Je ne sais pas. C'est quelque chose en moi.

Peut-être est-ce grâce à mon père qui, quoi qu'il faisait, avait les yeux qui brillaient. 

Donc moi aussi. Par exemple, si je supporte une équipe de foot, je le fais fanatiquement, de même si je lis un livre.

Que penses-tu des résultats fantastiques obtenus par les représentants de la nouvelle génération de joueurs pratiques tels que Carlsen, Caruana et Aronian? Il y a quelques années on comparait le jeu de Carlsen dans les positions simples à celui de Karpov dans ses meilleures années.

En ce qui concerne Carlsen, ses qualités sont exceptionnelles et naturelles. Par exemple, le sens pour le placement des pièces et déterminination absolue

Je pense que nous avons une génération pour laquelle les classements sont importants et pas seulement aux échecs. Ils regardent de grands films et lisent de bons livres. 

La volonté de battre le record de Kasparov donne à Carlsen la motivation de jouer chaque partie jusqu'à la fin avec un maximum d'effort.

Et possède t-il d'autres qualités purement échiquéennes?

En grand nombre et surtout il défend de manière incroyable. Tout ceci assemblé, accompagné d'une énorme confiance en lui en font de Carlsen quelqu'un de similaire à Karpov progressant jusqu'à un niveau d'ordinateur.

Et cela en dépit de son répertoire d'ouverture qui n'est pas aussi bon que celui de Karpov à l'époque?

Dans ses meilleures années, Karpov avait une équipe entière qui travaillait pour lui. 

Personne n'empêche Carlsen de construire son équipe!

- Mais il ne l'a pas fait à en juger ses parties. Karpov était secondé à l'époque par des jouers tels que Furman, Razuvaev,etc...des gens qui savaient exactement quelles ouvertures allaient parfaitement convenir à Karpov. Lorsqu'il est devenu Champion du Monde, son répertoire d'ouverture était parfaitement en harmonie avec son style. En comparaison, Carlsen n'a pas d'ouvertures du tout.

Et Caruana?

- Je l'ai rencontré la dernière fois à Wijk Aan Zee et c'est seulement après qu'il a fait un énorme bond en avant. Il m'est donc difficile de le juger. Il a une énorme concentration et calcule tout le temps des variantes comme un ordianteur. Non, je ne peux pas en dire plus

Il a une grande confiance et on peut le sentir.

Mais cela ne suffit pas à expliquer ses résultats.

- Je pense qu'il faut attendre car j'ai souvent vu ce phénomène pendant la première année mais c'est seulement la suivante que l'on sait si cela peut durer ou pas. Carlsen avait également dit qu'il avait battu Caruana sans problème à Bienne l'an passé. A wijk aa Zee déjà, il a partagé la première place avec lui et il était déjà un autre joueur. Evidemment, il travaille énormément et est très motivé. Mais la question est est ec qu'il deviendra un grand joueur ou simplement un très fort.

Que penses-tu de Levon?

- Il est le joueur le plus intéressant avec la plus grande créativité, que ce soit dans les ouvertures ou dans le milieu de jeu. Il est le numéro un en ce moment. Je suis surpris que toute la presse appartienne au fan club de Carlsen et pas d'Aronian.

Mais cela est courant lorsqu'il s'agit de joueurs de l'Ouest. Les gens sont lassés de la domination soviétique et du grand nombre de joueurs provenant de cette école.

- Oui c'est vrai. C'est toujours le cas lorsqu'un anglophone émerge, tout le monde espère qu'il perce au plus haut niveau.

J'ai récemment lu dans le livre de Kasparov "Revolution in the 70s" que la longévité de Kasparov pouvait s'expliquer par le fait qu'il ait travaillé sans cesse avec ce jeunes joueurs. C'est également ton cas? 

- Oui. J'essaie tout le temps de me tenir au courant. Le plus grand secret de longévité est de ne pas penser que l'on sait tout. J'ai appris cela de Korchnoi. C'est une question d'amélioration de son niveau et de perfectionnisme,


comprendre que l'on ne sait pas tout, savoir ses faiblesses et ses erreurs que l'on répète

Travailler avec de jeunes joueurs ouvre l'esprit. Ils se moquent parfois de mes principes de longue date.

Les échecs évoluent avec l'ordinateur et si tu ne t'adaptes pas à ces changements, tu finiras par tomber dans l'oubli.

 

QUI SOMMES-NOUS ET POURQUOI SOMMES-NOUS ICI?

Durant le match, tu as crée une polémique lorsque tu as dit que vous n'étiez pas là pour divertir les spectateurs. Cela rappelle la célèbre phrase " Le Parlement n'est un lieu de discussion"!

- Non pas du tout.

Mais cette phrase ne montre t-elle pas une certaine arrogance et est-ce simplement une réaction à chaud?

- Evidemment, il y a une certaine forme d'arrogance dans cette phrase mais c'était déjà la 12ème partie et la 12ème provocation de ce genre de la part des journalistes. Peut-être n'ai je plus supporter cela.

Vraiment la 12ème fois?

- Ok, 6 ou 7 fois disons. Le site du match était suivi par 500000 personnes et chaque jour 50000 de plus. Mais ce sont seulement 5 ou 6 bloggers qui, étaient soit de mauvaise humeur soit manquaient de quelque chose dans leur vie qui écrivaient chaque jour que le match n'était pas intéressant et ennuyeux. 50000 personnes le trouvait quant à eux plus intéressant mais pas eux...

Donc en quelque sorte, c'est une polémique mais je pense que c'est une conception propre au 21ème siècle. Une figure culturelle aujourd'hui décédée m'a dit un jour qu'il n'y a seulement que deux choses importantes au monde - divertir et se divertir. Ainsi ma position a pour but de montrer qu'il y a également d'autres choses attractives.

Comme quoi?

- Le travail. La force intellectuelle. La réussite. Les amis. Je ne sais pas. 

Ne penses-tu pas que le problème est qu'auparavant on parlait partout de Korchnoi et Tal disons et pas seulement dans la presse soviétique? Mais de nos jours, les échecs doivent se battre avec la météo et les mots croisés pour avoir une place dans un journal et beaucoup d'entre eux n'ont même pas de rubrique échiquéenne. 

- Oui et non. C'est un cas à part mais dans les journaux israeliens, le match contre Anand fut beaucoup plus traité que la venue de Madonna. Le match était en page 1 et Madonna en page 10. C'était une question de fierté du pays, une preuve que notre petite nation avait réussi quelque chose sur la scène mondiale. Mais nous devons savoir ce que nous voulons et choisir entre différentes conceptions; Néanmoins personne ne peut dire lesquelles sont correctes ou pas.

Je peux dire exactement ce que je veux. Je souhaite voir les échecs occuper une place de choix dans la vie de tous les jours comme c'était le cas quand j'ai débuté ma carrière.

- Je comprends mais je pense que c'est irréaliste car tout est dirigé par une opposition idéologique. Les échecs se sont développés en Europe et en Amérique grâce à Fischer dans les années 70. Dans les années 50 et 60 il n'y avait rien tout comme ce fut de nouveau le cas dans les années 80. Après Fischer, il y a eu la rivalité entre Karpov et Korchnoi qui fut purement idéologique.

Nous devons trouver notre place. Nous sommes perdants lorsque nous nous comparons à la culture pop car les échecs sont trop compliqués et nous ne devons pas nous abaisser à ce niveau. Ou nous sommes similaires à la musique classique qui est réservée à un public restreint.

Cela me semble être un chemin plus prometteur surtout si l'on considère qu'un demi-milliard d'enfants jouent aux échecs. Et il y a la télévision. Quelle chaîne souhaitez-vous pour avoir des échecs? Est ce la première chaîne, la chaîne culturelle ou la chaîne sportive? Ces trois choses sont différentes et on doit procéder différemment selon qui l'on vise. C'est comme lors du Grand-Prix PCA de Paris qui a été diffusé sur Eurosport en 1995. Il y a également internet qui est idéal; après tout, la télévision est regardée par un nombre limité de personnes dans un nombre limité de pays. Si nous apparaissons à la télé russe nous ne serons pas vus en Amérique, etc. La chose importante est que les commentateurs soient capables de faire comprendre au public d'un niveau de joueur de club, débutants et même à ceux qui ne savent pas jouer. Il est ridicule de se plaindre lorsque disons sur 30 parties 5 sont ennuyeuses - OK mais 25 sont intéressantes!

Quel rôle devrait alors jouer le Champion du Monde?

- Aucun!

Tu veux dire que comme au tennis, il devrait se contenter de bien jouer tout le temps?

- Il devrait bien jouer. Car par exemple nous nous souvenons encore de Kasparov champion du monde. Il était une star incroyable. Mais pendant un an, il n'y avait que trois tournois - Wijk Aan Zee, Linares et 6 mois plus tard Dortmund. C'est tout, rien d'autre! Aujourd'hui on peut suivre plusieurs tournois en une semaine.

Il y en a plus aujourd'hui grâce à internet?

- Pour cela et parce que nous avons moins de conflits.


Les échecs ont une connotation positive dans l'esprit des gens qui mettent l'argent dedans.

Tu es devenu après le match un héros national en Israel, j'ai même entendu dire que de l'argent avait été débloqué pour développer les échecs dans le pays. Peux-tu nous en dire plus?

- Une excellente question. Autant que je sache, ces moyens seront exclusivement réservés aux clubs des villes les moins développées.

Comme?

- En Israel, il y a un grand déséquilibre entre Tel Aviv, Haifa...et quelques autres, Dimona, Nitpe-Ramon, Maalod qui sont de petites villes où il y a peu de travail et d'autres choses. L'an passé, dans 9 villes semblables, un projet appelé « Chess in Schools » a été mis en place. Dans l'école où va ma fille qui est en primaire, les échecs sont obligatoires et dans notre ville, c'est également le cas dans 25% des maternelles. Le Ministère de l'Education décidera bientôt si cette initiative se poursuivra. 

Arshak Petrosian m'a dit dans une interview qu'en Arménie, les échecs étaient obligatoires du primaire au lycée. Je pense que ce soit être un modèle pour tous les pays.

- C'est vrai mais chez eux les échecs sont un jeu national. Rappelons nous que le Président de la Fédération est également le Président du pays.

Les échecs sont aussi un sport national en Russie, Ukraine, Israel...dans des proportions différentes! En Arménie, lorsque tu te ballades dans la rue, les gens te demande par exemple ce que tu penses de la positon de Morozevich. Dans tous les cafés c'est le cas.

- C'est juste. Mais nous avons également vu que c'était le cas dans les rues d' Eilat, à chaque arrêt de bus. Il y a désormais un tel intérêt pour les échecs qu'un département d'échecs va probablement d'ouvrir dans une université. Ils étudieront les effets des échecs sur les enfants et sur les personnes âgées souffrant d'Alzheimer.

EN DEHORS DU JEU

Quelle est la journée typique de Boris Gelfand?

- Je me lève à 10h.

Et plus tôt durant un tournoi?

- Durant un tournoi, je m'efforce d'aller au petit-déjeuner. Evidemment, j'ai besoin de dormir, de me préparer et de réviser les lignes tendues. Ainsi, à Wijk Aan zee par exemple, c'était difficle car les rondes débutaient à 14h.

OK. Et quand tu ne joues pas?

- Je me lève à 10h, je fais un peu d'exercice, je prends mon petit-déjeuner et je vais me ballader. Après cela, je vais sur internet et regarde les news.

Les nouvelles échiquéennes?

- Aussi mais pas que ça. Malheureusement, 20 minutes sont suffisantes pour tout lire. Ainsi, vers midi je commence à travailler les échecs et à résoudre quelques positions.

Tu n'as toujours pas commencé avec les ouvertures?

- Je commence les ouvertures vers 15h quand Huzman et d'autres arrivent. Mais avant cela, je regarde les parties des autres joueurs. Puis je résouds quelques études ou autres positions.

Tu fais cela tous les jours?

- Oui pratiquement. Je pense que c'est nécessaire pour durer. Je prends mon déjeuner vers 15h puis je m'assois pour étudier jusqu'à 20h. Ensuite, je vais soit faire du sport (en ce moment je pratique le tennis de table) soit je vais marcher, lire, regarder un match de foot ou jouer avec les enfants. Et je vais me coucher.

A quelle heure?

- En général vers 1h. Après un tournoi, bien évidemmentje dors plus longtemps.

Ainsi, tes principaux centres d'intérêt sont la lecture, la musique et le football, n'est ce pas?

- Oui.

Tu préfères le rock en ce qui concerne la musique?

- Ces derniers temps j'écoute plutôt de la musique classique et je vais même aux concerts.

Quelle musique classique en particulier?

- Je ne sais pas exactement mais je vais voir des concerts. J'aime l'ambiance mais je n'en écoute pas à la maison. Levon Aronian m'a offert quelques CD de jazz que j'aime écouter.

Quels sont tes livres préférés?

- Difficile à dire. En revanche je n'aime pas les ouvrages tels que Guerre et Paix. Je préfère les histoires courtes – Somerset Maugham, Akutagawa, Chekhov. J'ai récemment découvert un autre auteur très célèbre – Kawabata.

J'ai lu son « Maître du Go ».

- C'est à propos de nous n'est ce pas? "The stone mountains", un chose merveilleuse. Mon problème est que je connais très peu la culture japonaise. Je suis certain que ses oeuvres sont plus profondes que ce que je peux comprendre. Lorsqu'il écrit "Cherry Blossom" ou "Gingko Blossom", je suis sûr qu'ils font une énorme impression aux japonais. Je me suis également intéressé aux écrivains latins en commençant par le Prix Nobel Vargas Lhosa et son livre "Aunt Julia and the Scriptwriter". J'ai l'impression aujourd'hui que parmi les Prix Nobel, il est le seul que je puisse lire.

Qui aimes-tu parmi les poètes contemporains?

- Parmi les russophones, Pelevin pour ses dernières oeuvres.

Il est un écrivain pour les joueurs d'échecs dont la grande majorité l'apprécie.

- Par exemple, Makanin qui est un joueur de 1ère catégorie incluse des allusions échiquéennes dans chacune de ses oeuvres. Parmi les écrivains européens, j'ai plus de mal à me rappeler les titres.

Probablement Wellbeck?

- Je vais m'y mettre, j'ai son livre sur ma table de nuit.

Aimes-tu les films?

- Non! Je peux te dire pourquoi:

les échecs demandent une telle concentration que je ne peux pas me concentrer sur autre chose pendant une heure et demie.

Tu ne peux pas suivre les intrigues?

- Oui voilà. C'est un sentiment désagréable d'être assis comme un imbécile et de réagir seulement aux dialogues même s'il est clair que le metteur en scène tente de décrire quelque chose d'important dans ce film.

Quelles sont tes préférences gastronomiques?

- О! Une excellente question! Je préfère le poisson à la viande.

Malgré le fait que tu sois de Biélorussie?

- Mon amour pour les pommes de terre vient de mon pays natal. Etrangement, j'aime aussi la cuisine italienne et méditerranéenne. Le japonais aussi.

Et tes boissons favorites? Tu bois de l'alcool?

- En petite quantité pour une occasion spéciale. J'aime le bon vin.

As-tu déjà été soûl?

- Une ou deux fois mais j'ai réussi à me contrôler. J'étais proche de ne pas réussir mais Zhenya Bareev m'a protégé. Sinon, ma boisson non alcoolisée préférée est le jus de pommes, j'en suis devenu accroc à Eilat.