Sergey Tiviakov "Al Ain - J'aime beaucoup ici!"

Sergey Tiviakov, auteur du "but en or" lors du match entre les hollandais de Hoogeven et les azeris de Bakou, a accordé une interview au présentateur d' Arab TV, Khamed Hacepy.

L'équipe de Hoogeven était composée quasiment que de joueurs du pays à l'exception de l'ancien russe, Sergey Tiviakov. Ce même Tiviakov qui fut le héros de la demi-finale et finale. Après que les trois autres parties du match se soient soldées par le partage du point, toute l'attenton fut alors portée sur celle opposant Sergey à Nidzat Mamedov. Notre invité du jour réussit à l'emporter et permit ainsi à sa formation d'enlever la Sheikh Zayed Cup - Kema Goryeva au terme d'une finale haletante.   

- Sergey, as-tu ressenti la pression et la responsabilité sur tes épaules lors de la finale?

- Evidemment. J'ai compris que ma partie contre Mamedov allait être décisive. Mais franchement, je suis habitué à ce genre de pression. Ce n'est pas la prmeière fois que je joue en équipe et je connais cette responsabilité. Je savais que la victoire de l'équipe dépendait de ma partie.

- Ton équipe pensait que la rencontre se solderait par un match nul. Tout le monde dans la salle de jeu était déjà prêt pour les départages. Comment as-tu réussi à finalement l'emporter? 

- J'ai compris après l'ouverture que la partie allait être très longue. Nous avons atteint une position avec les fous de couleurs opposées dans laquelle j'ai gagné un pion. J'avais la possibilité d'essayer d'exploiter cet avantage durant 100 coups s'il le fallait. C'est ce que j'avais prévu de faire et c'est ce qua j'ai finalement réussi à faire! Mon adversaire était mal au temps. vous pouvez imaginer la situation: peu de temps à la pendule et il doit défendre son seul pion restant. Mon adversaire a évidemment dépensé beaucoup d'énergie à défendre et finalement a craqué sous la pression.  

- As-tu aimé jouer à Al-Ain? Es-tu satisfait du format de la compétition? 

- C'était mon second tournoi aux Emirats. J'ai disputé il y a quelques mois l'open de Al-Fujarah. J'aime beaucoup les conditions de jeu, les hébergements et la nourriture, ici. L'organisation est excellente. Je serais enchanté de revenir jouer aux Emirats dans le futur. 

Le format de la compétition est très intéressant. Le système KO est très difficile. La seule chose que je n'ai pas trop aimé est l'heure des rondes. D'après moi, 18h est trop tard. On doit en effet attendre toute la journée pour jouer et cela ne laisse pas le temps pour faire autre chose. J'aime en général me ballader ou aller en excursion. Je n'ai seulement pu aller marcher au bord de mer le premier jour puis je me suis abstenu à cause de la chaleur durant la journée. Il faisait trop chaud et l'hôtel était trop loin du centre ville. Mais à part cela, tout le reste fut vraiment excellent. 

- Cette victoire est un superbe cadeau pour cette nouvelle année. Quels sont tes projets pour l'avenir? 

- Je reste ici encore quelques jours pour entrainer un jeune joueur iranien très talentueux. Je suis certain qu'il a un grand avenir s'il parvient à travailler dans la bonne direction.

- Tu n'es donc pas seulement joueur mais également entraineur? 

- Oui, j'aime beaucoup entrainer. Je travaille pas mal avec la Fédération Russe des Echecs. Quand on entraine, on joue mieux. Cela aide beaucoup. Sinon, je vais évidemment participer à Wijk Aan Zee puis à un tournoi en iran. Après cela, on verra. Vous n'êtes pas sans savoir que les invitations dans les tournois se font de plus en plus rares ces dernières années. J'espère que tout va changer bientôt. Quoi qu'il en soit, j'attends vraiment avec impatience ma prochaine venue à Al-Ain, à l'occasion des prochains World Cities. J'aime beaucoup ici! 

 

World Cities 2012 Bulletin 7